Comment planter et entretenir les bulbes printaniers.

bulbes, fleurs, printemps, variétés, lys, glaïeul, dahlia, cannas, crocosmia, acidantheras

Les bulbes de printemps, aussi appelés bulbes d’été, ont, depuis quelques années, perdu en popularité. Ils ont, toutefois, tellement à offrir ! Ces bulbes fleurissent généralement abondement toute la saison estivale.  Ils requièrent peu d’entretien si ce n’est que de l’arrosage et un peu d’engrais riche en phosphore et potassium. 

Si l’on désire obtenir une floraison optimale, il est fortement conseillé de planter les bulbes suivants : les bégonias, les freesias, les renoncules, les anémones et les dahlias à grand déploiement, au mois de mars, dans des pots gardés à l’intérieur de la maison. 

On peut utiliser un terreau léger qui se draine facilement afin d’éviter une pourriture du bulbe.  Par exemple, on peut prendre un terreau à semis additionné d’un léger apport de compost.  Il est important de laisser sécher légèrement le substrat entre chaque arrosage.  Un éclairage à l’aide d’une ampoule ou d’un tube fluorescent spécialement conçu pour les plantes, est également nécessaire afin d’amorcer la croissance végétative.

Vers la fin mai, lorsque les risques de gel au sol sont nuls, plusieurs autres bulbes d’été peuvent être directement plantés au sol, tels que : les lys, les glaïeuls, les dahlias de petite taille, les cannas de petite taille, les crocosmias, les acidantheras, etc.

Il est alors temps de mettre aussi en terre ceux que nous avions au préalable débuté la croissance dans la maison. 

À l’automne, il est primordial de retirer du sol tous les bulbes car, sinon, ils pourriront.  Ces bulbes ne peuvent résister aux froids et aux hivers québécois.  Une fois retirés du sol, on les laisse sécher sur des feuilles de papier journal, pour une période d’environ 4-7 jours.  NE PAS LAVER LES BULBES OU LES RINCER À L’EAU.  Ceci pourrait accélérer le dépérissement du bulbe par déshydratation ou pourrissement.  Une fois les bulbes séchés, on secoue l’excédent de terre et on place les bulbes dans un endroit frais et sec (chambre froide, garage pas trop chauffé ou dans une cave).  On peut les placer dans un sac en papier brun avec un mélange de perlite et de vermiculite ou encore dans la mousse de sphaigne.

L’année suivante, il peut s’avérer nécessaire de réhydrater les bulbes dans une soucoupe d’eau durant quelques minutes après l’entreposage hivernal. 

 À vos marques, prêts, plantez !

 

Chantal Dunn Proulx,

Horticultrice